À 15 minutes de Place de Clichy Ligne 13 - Gabriel-Péri Navettes gratuites retour vers Paris
Les flèches de Daniel Buren

LE LIEU, LA VILLE Flèches | Daniel Buren

Daniel Buren, Pascal Rambert et le Lycée Galilée ont créé des flèches rayées rouges et blanches qui ponctuent les chemins qui mènent au théâtre. En septembre 2006, le projet de réalisation d’un «objet signe » conçu par Daniel Buren est officiellement lancé lors d’une réunion au lycée Galilée. Il s’inscrit dans le projet pédagogique de l’établissement. La réalisation en est confiée à 15 élèves de CAP de plasturgie accompagnés par une équipe pédagogique.

alt
Photo Valérie Jouve

Au total 100 flèches sont installées sur le territoire de Gennevilliers avec plusieurs « chemins » desservent les axes stratégiques de la ville : à partir de la station de métro Gabriel Péri, du lycée Galilée, des quartiers du Luth, du Village, des Chanteraines et des Barbaniers. Le dernier chemin (bd intercommunal, avenue de Coubertin et rue des bas) a été implanté fin 2008, une fois achevés les travaux de prolongation de la ligne 13 du métro.

Peinte en rouge et blanc, cette flèche est composée de différents éléments associés entre eux. Chaque élément de couleur rouge ou blanc étant obtenu à partir d’un moule par coulée et moussage de polyuréthane. Longue de 60,9 cm, chaque flèche pèse 2,25 kg et a une épaisseur de 8,7 cm. Selon la nomenclature immuable des œuvres de Daniel Buren, la largeur de chaque rayure est de 8,7 cm. La flèche est scellée à 2,50 m du sol.

Le point de vue de...

Daniel Buren

« Le théâtre est l’un des centres vitaux d’une ville et tout piéton ou tout automobiliste, doit pouvoir s’y rendre sans difficulté comme il est généralement assez aisé de se rendre à la Mairie dans n’importe quelle ville aussi inconnue soit-elle du visiteur. Malheureusement, les indications qu’on aimerait bien trouver pour se rendre au théâtre de Gennevilliers lorsqu’on arrive dans la ville et qu’on ne la connaît pas, ne sont ni trop visibles ni très nombreuses, d’où la grande difficulté de l’approche. De ce constat personnel, me vint donc l’idée suivante consistant à créer, depuis chacune des entrées principales dans la ville (par la route, par l’autoroute, par le métro etc.) des indications spécifiques, claires et très visibles signalant à tout un chacun vers où il faut aller pour se rendre au théâtre.

Ce travail, devra se faire avec l’aide des autorités de la ville et pourra être considéré soit comme une exposition personnelle d’un type particulier et éphémère, soit, si son efficacité visuelle et sa nécessité en tant que signe indicatif se révèlent satisfaisantes, comme oeuvre définitive tissée dans la ville en vue d’un parcours qui, d’où que l’on vienne, permette d’aboutir au théâtre, coeur de la cité. Le signal qu’il faudrait trouver devrait à mes yeux avoir les qualités suivantes: être visible et très spécifique en tant qu’objet, original si possible, c’est-à-dire qu’il puisse devenir un objet lié directement au théâtre lui-même en se retrouvant par exemple d’une façon immédiate et évidente dans le théâtre lui-même tout en ayant la qualité et la capacité principale de pouvoir y mener tout ceux qui veulent s’y rendre sans en connaître les chemins. »

Daniel Buren / Mai 2006

Pascal Rambert

« Je veux multiplier les allers-retours entre le monde artistique et le monde de l'entreprise, de l'enseignement professionnel, pour des dialogues parfois surprenants et inédits. En visitant le lycée Galilée et précisément les ateliers de plasturgie, il m’a semblé évident de demander aux apprentis, de dessiner et mouler des objets co-réalisés avec Daniel Buren ou d’autres artistes ou scénographes, objets produits en série, qui ensuite se retrouveraient sur le plateau dans l’une de nos créations par exemple.

Faire cela, c’est se mettre à l’écoute des compétences proches de nous et créer du lien intelligent, pratique. C’est utiliser le savoir-faire de ces futurs professionnels et les connaissances approfondies de leurs enseignants. Le théâtre de Gennevilliers souhaite pérenniser une telle collaboration qui associe industrie, haute technologie et geste artistique. »

Pascal Rambert / mai 2006

Remerciements à l'équipe pédagogique du lycée Galilée : Emma Floren, Philippe Ivars, Gael Samson et Patrick Dey, Eric Loiseau, Marc Sicard, Catherine Lafargue, Yasmine Bentounsi, et Philippe Portet, Sophie Battung, et Marc Rossano.

 

 

Galerie photo

La fabrication des flèches

Les arts plastiques au T2G

Valérie Mréjen (2012)

Felice Varini (2012)

Nan Goldin (2010-2012)

Ryoji Ikeda (2010)

Céleste Boursier-Mougenot (2009)

Valérie Jouve (2007-2009)

follow Dailymotion Twitter Facebook