Mathilde Monnier

cHORÉGRAPE / DANSEUSE

     
   

Née en 1959 à Mulhouse.

Au Théâtre de Gennevilliers :
  Nos images et Publique  (2011)

Formée au Centre national de danse contemporaine d'Angers, elle participe aux chorégraphies de François Verret et cosigne avec lui et Josef Nadj La, une commande du GRCOP (1983). Après quelques créations avec Jean-François Duroure, elle poursuit seule sa carrière et crée une dizaine de pièces, avant de succéder à Dominique Bagouet à la tête du Centre chorégraphique national de Montpellier en 1993. Elle participe également depuis cette date à l'organisation du Festival Montpellier Danse. Après s'être intéressée à l'écriture du jazz auprès de Louis Sclavis (Chinoiserie et Face nord en 1991), elle interroge le corps et les espaces liés à la notion de communauté. Elle s'engage dans des actions en Afrique et à Montpellier (auprès de personnes atteintes d'autisme), expériences qui lui ouvrent de nouvelles dimensions. Elle crée Pour Antigone (1993) avec des danseurs africains et occidentaux, tandis que L'Atelier en pièces (1996) réfléchit sur la proximité, le corps et l’enfermement. Développant les questions de société, elle prospecte le désordre intérieur jusqu’aux limites de la folie, comme dans Déroutes (2003) ou Publique (2004). Au Festival d'Avignon, Mathilde Monnier a déjà présenté Pudique acide / Extasis en 1986, Ainsi de suite en 1992, L’Atelier en pièces en 1996, Les Lieux de là en 1999, Frère&sœur et La Place du singe en 2005, et 2008 Vallée en 2008. En 2010 elle crée Pavlova 3'23" qui se structure autour de neuf propositions, masculines ou féminines, parlantes, dansantes, mobiles ou immobiles qui sont autant d'interprétations de La Mort du cygne. La musique originale de cette pièce a été commandée à Rodolphe Burger, Erikm, Heiner Goebbels, Olivier Renouf et Gilles Sivilotto. En 2005, la réalisatrice Claire Denis lui consacre un film documentaire intitulé Vers Mathilde.