CONCERTO(S)

BERNARD CAVANNA / NOËMI SCHINDLER /
ARIE VAN BEEK
ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE PICARDIE

Avec le Conservatoire Edgar-Varèse / Ville de Gennevilliers

mardi 12 mars 2019

Vingt ans après la création du très remarqué premier concerto pour violon, Bernard Cavanna reprend son genre de prédilection avec la même soliste, Noëmi Schindler pour son nouveau concerto, «Scordatura» convoquant en plus de son instrument habituel, trois autres violons, dans des accords extravagants – dont un 1/4 de violon, avec l’orchestre de Picardie, sous la direction d’Arie Van Beek.

Les deux concertos seront précédés par les 9 solos pour violon(s) et ensemble à cordes du jeune compositeur argentin Tomás Bordalejo, écrits spécialement pour les jeunes élèves du conservatoire de Gennevilliers.

Tomás Bordalejo
9 solos pour violon(s) et ensemble à cordes (2014)
Commande du conservatoire de Gennevilliers
Jeunes solistes et ensembles à cordes du conservatoire
Direction : Michel Pozmanter
(15 minutes)

Bernard Cavanna
Concerto pour violon n°1
version pour ensemble
(22 minutes)

Bernard Cavanna
“Scordatura” (2019) – Création
concerto pour violon n°2
Commande de l’Orchestre de Picardie avec le soutien de la Sacem
pour violon et orchestre, (2fl, 2hbt, 2clar, 2bas, 2 cors, 2 trp, Trb basse, 2 perc, cornemuse, mandoline, cordes)
(25 minutes)

Le T2G et le Conservatoire Edgar-Varèse de Gennevilliers  s’associent pour produire et diffuser des œuvres en lien  avec danse et musique. Chaque programme est conçu  comme une expérience de partage et de création  impliquant les élèves comme les enseignants.

compositeur Bernard Cavanna
soliste violon Noëmi Schindler
Orchestre de Picardie
direction Arie van Beek

avec le soutien de la Sacem et Copie privée

plateau 1 – 1h


mardi 12 mars- 20h 

tarifs de 6€ à 24€ (9€ pour les gennevillois)

10€ pour tous avec le Pass T2G

Noëmi Schindler

Remarquée par la célèbre Aïda Stucki-Piraccini, qui en fit sa dernière élève, Noëmi Schindler, née à Zurich, tient de cette rencontre décisive avec cette extraordinaire pédagogue et violoniste, l’aboutissement de sa formation. Après avoir remporté de nombreux prix dans son pays, elle réalise une brillante carrière de soliste, passionnément dédiée à la création d’un nouveau répertoire. Parmi les rencontres décisives, Bernard Cavanna occupe une place privilégiée, et Noëmi Schindler réalisera la création et les enregistrements de l’intégralité de ses pièces pour violon, du solo «Fauve» au «Concerto», « Shanghai concerto » à la musique de chambre. Devenue depuis violon solo de l’Ensemble TM+ et de l’Ensemble Aleph, elle a le plaisir de créer un grand nombre d’oeuvres; ce travail très exceptionnel dans le domaine de la création ne l’éloigne pas pour autant du répertoire classique, qu’elle interprète avec des partenaires prestigieux dans le monde entier. Elle transmet cette expérience dans son enseignement au sein du Conservatoire de Gennevilliers, à des étudiants venus de tous les horizons.
Noëmi Schindler se produit très fréquemment avec les pianistes Edith Fischer, Jorge Pepi-Alos, Roustem Saitkoulov, Jean-Claude Henriot, Josep Colom. Parmi ses partenaires privilégiés en musique de chambre : Atsushi Sakaï, Isa Lagarde, Anthony Millet, Matthias Mueller, Nicolas Corti, Emmanuelle Bertrand. Ses enregistrements (Harmonia mundi, Abeille Musique, Aeon, NoMadmusic) ont été salués unanimement par la critique.

 

 

Bernard Cavanna

L’univers musical de Bernard Cavanna est strictement le sien, iconoclaste, éclectique, volontiers provocateur et souvent d’une violence en totale opposition à sa douceur naturelle. Il cultive le contraste mêlant une écriture savante aux résurgences populaires, exploitant le tonal comme le dissonant, opposant le cru à la subtilité harmonique, et passant d’une fine recherche
timbrale à des rudoiements sonores.
Ses compositions peuvent bercer ou secouer, marquer ou heurter, elles restent fermement empreintes d’une urgence intérieure qui laisse déceler une attention portée en profondeur au plus infime détail technique en fonction du regard intense qu’il porte sur l’éclat ou le dilemme humain à la racine de son inspiration.
(Christine Laborde)

Créateur autodidacte et inclassable, c’est sur les conseils d’Henri Dutilleux puis avec l’aide de Paul Méfano et de Georges Aperghis que Bernard Cavanna se destine à la composition ; mais
son influence principale demeure la musique et la pensée du compositeur roumain Aurèle Stroë, dont il réalisera en 2000 avec Laurence Pietrzak un portrait filmé en forme d’hommage.
Il invoque également, sur le ton de la boutade, les figures tutélaires de Bernd Alois Zimmermann (« l’érudition comme collage inquiet ») et de Nino Rota (« le Weill latinisé », Pascal Huyn). Singulièrement libre à l’égard des dogmes, son oeuvre témoigne d’une inventivité tout intuitive et d’un savoureux éclectisme qui mêle veine populaire et legs romantique.

bernard-cavanna.com

 

Tomas Bordalejo

Arrivé en 2005 à Paris, Tomás Bordalejo intègre le conservatoire de Gennevilliers puis le CRR de Paris et le Pôle supérieur de Création Boulogne-Billancourt. Sa rencontre avec le compositeur Bernard Cavanna au sein de l’Académie de Villecroze fut déterminante pour son parcours. Peter Eötvös, Pascal Dusapin, Yan Maresz, Philippe Hersant, et Philippe Manoury l’ont également encouragé à consolider son propre langage marqué par une esthétique originale.
En septembre 2017, dans le cadre d’un projet sous la direction de Peter Eötvös et Pascal Dusapin soutenu par Art Mentor Foundation Lucerne et Ernst Von Siemens musikstiftung, Tomás Bordalejo crée son deuxième opéra au sein du Budapest Musical Center. En mars 2018, il crée Fenêtrages 2 pour Percussion et piano.
Tomás Bordalejo prépare actuellement 3 pièces qui seront créées en 2019 : Une pièce pour Violon Solo à l’attention de la violoniste Noëmi Schindler pour l’émission de Radio France « Création Mondiale » (ex alla breve), une pièce pour la Maîtrise du CRR de Paris et l’ensemble L’itinéraire, et enfin une pièce à l’attention du Trio KDM.
Tomás Bordalejo est lauréat de la Fondation Banque Populaire

tomasbordalejo.com

 

Arie van Beek

Arie van Beek est né à Rotterdam. Il étudie les instruments à percussion et travaille comme percussionniste dans les orchestres radiophoniques aux Pays-Bas avant de s’orienter vers la direction d’orchestre. Ses professeurs de direction sont Edo de Waart et David Porcelijn.
Après avoir été le directeur musical de l’Orchestre d’Auvergne de 1994 à 2010, il est depuis 2011 directeur musical de l’Orchestre de Picardie et également, depuis 2013, directeur musical et artistique de L’Orchestre de Chambre de Genève. Il est par ailleurs chef d’orchestre en résidence au Doelen Ensemble à Rotterdam.
De la musique baroque aux oeuvres du XXIè siècle, son répertoire ne connait pas de frontière. Ayant à coeur de promouvoir les oeuvres d’aujourd’hui, il a créé des compositions de Jean-Pascal Beintus, Suzanne Giraud, Hans Koolmees, Dominique Lemaître, Kaija Saariaho, Aulis Sallinen, André Serre-Milan, Klaas de Vries, Peter Jan Wagemans, Michael Levinas, Robin de Raaff, Benjamin Ellin et Bernard Cavanna  pour n’en citer que quelques-uns.
Arie van Beek est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres et a reçu en 2008 la Médaille de la Ville de Clermont-Ferrand. Il est également titulaire du prestigieux Elly Ameling-Prize pour sa contribution depuis trente ans au rayonnement artistique de la ville de Rotterdam.  En Mars 2014, il reçoit le Prix Erasme de la ville de Rotterdam.
En avril 2017, il est promu Officier dans l’ordre des Arts et des Lettres.

 

Orchestre de Picardie

Orchestre national en région Hauts-de-France

Fondé en 1984 l’Orchestre de Picardie aborde un large répertoire. Du classique au romantique, de la musique de chambre à la musique concertante, il donne une large place à la création. Avec le soutien de la SACEM, la jeune compositrice Camille Pépin est en résidence à l’Orchestre de Picardie.
La mission d’intérêt général qu’il développe à travers une saison de concerts dans les territoires de sa Région, les réseaux européens qu’il a créés, les partenariats durables dont il bénéficie concourent à déterminer une identité unique et témoignent de la modernité du projet qu’il conduit. Arie van Beek en est le directeur artistique depuis janvier 2011. L’Orchestre de Picardie a été le premier orchestre à avoir reçu le label « Orchestre national en région » (juillet 2018).
L’Orchestre porte une politique d’éducation artistique et culturelle, et développe des partenariats et des projets d’insertion professionnelle avec le Conservatoire à Rayonnement Régional d’Amiens Métropole et l’Ecole Supérieure Musique et Danse Hauts de France – Lille. En 2016, il a signé un Protocole d’Action de Coopération Territoriale avec l’Orchestre National de Lille, l’Etat et le Conseil régional Hauts-de-France.
Depuis 2003, il est chef de file du réseau européen d’orchestres – ONE® an Orchestra Network for Europe dont il est l’initiateur. De 2015 à 2019, ONE® est le seul réseau européen d’orchestres soutenu au titre du programme Europe Créative.
Il met en œuvre de nouvelles formes d’expression artistique relevant du multimédia et étudie notamment les rapports musiques/images. Ces créations débouchent sur des ateliers immersifs et des concerts participatifs.