SUR LES BORDS #1 - WEEK-END PERFORMANCES

le T2G ouvre sa saison par un week-end de performances conçu comme un réseau de lignes, d’espaces d’écoute et de fictions qui se répondent d’un jour à l’autre / une proposition qui rassemble des oeuvres du point de vue de celle ou celui qui regarde


venez passer un moment pour découvrir le lieu autrement, vous allonger au plateau, regarder des films, voir un opéra avec des interprètes couché·e·s, rencontrer des gens, boire un verre, faire l’expérience d’un tête à tête avec une performeuse ou un performer, partager un moment avec des rêveurs compulsifs, danser dans le hall ou déguster un brunch

du 5 au 6 octobre 2019, le T2G se déplace Sur les bords :

en co-commissariat avec Charlotte Imbault
coréalisation T2G — Théâtre de Gennevilliers, centre dramatique national, Festival d’Automne à Paris

4 AU 6 OCTOBRE 2019


AVEC LE FESTIVAL D’AUTOMNE À PARIS

dans tous les espaces du théâtre

À SUIVRE :
SUR LES BORDS #2 du 28 février au 1er mars
SUR LES BORDS #3 du 26 au 28 juin


à partir de 7€ la place
avec le Pass Sur les bords

D’où tu regardes ? Chaque week-end déplie plusieurs hypothèses de relations aux oeuvres. Qu’est-ce que ça change si les oeuvres débordent du plateau ? Si les oeuvres donnent accès à leur fabrication. Si nous pouvons tourner autour quand elles se composent et se décomposent en s’activant dans les différents espaces du théâtre et avec différentes temporalités. Comment un lieu s’active et peut être déplacé par l’oeuvre ? Et à l’inverse : comment les oeuvres peuvent-elles éprouver plusieurs formats ? Chaque week-end propose une circulation entre les oeuvres et leurs traces pensées en correspondance d’un jour à l’autre. Dans la singularité de chaque programmation, on peut retrouver une constance : un temps un peu particulier de paroles échangées autour du travail des artistes invité·e·s, en ouverture de chaque après-midi. Dans cette perspective d’activation, Sur les bords souhaite rompre le cadre habituel de nos attentes de spectateur·trice·s et pouvoir créer de l’inconnu. Ce que nous savons n’est jamais fixé une fois pour toutes.